dimanche, 27 novembre 2022

CONFÉRENCE DE MICHEL MAYOR

D’autres mondes dans le cosmos ? 

À la recherche de planètes semblables à notre Terre

Conférence de Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019

Résumé

Existe-t-il d’autres mondes dans l’univers ? La technologie de notre époque a permis de transformer ce rêve de l’Antiquité en un domaine fascinant de l’astrophysique actuelle.

Vingt-six ans après la découverte d’une première planète orbitant autour d’une étoile comme notre soleil, quelques milliers de systèmes planétaires ont été découverts. Ces premières découvertes nous ont révélé l’étonnante diversité de ces systèmes, très différents de notre système solaire.

Après l’euphorie de ces premières découvertes, s’ouvre maintenant l’ère de l’étude des atmosphères des exoplanètes. Malgré l’énorme contraste entre la luminosité de l’étoile et celle, très faible, réfléchie par la planète, l’analyse des atmosphères bénéficiera des télescopes spatiaux et des télescopes géants au sol.

La vie existe-t-elle dans d’autres endroits du cosmos ? L’analyse des atmosphères planétaires pourrait révéler des biosignatures, ces caractéristiques spectrales induites par le développement de la vie. Les progrès des études spectroscopiques des exoplanètes nous font penser que la recherche de la vie extraterrestre est possible.

Conférence donnée dans le cadre de l’Assemblée générale d’Alumni UNIGE, l’association des diplômé(e)s de l’Université de Genève.

S’inscrire

L’entrée à cette soirée est ouverte à toustes sous réserve d’inscription. La conférence sera également accessible en replay sur cette page après l’événement.

Michel Mayor

RACINES

Né à Lausanne en 1942, le Professeur Michel Mayor grandit à Aigle, avant d’entamer des études de physique théorique à l’Université de Lausanne et un doctorat en astrophysique à l’Université de Genève, qu’il obtient en 1971. Même s’il choisit l’astronomie comme activité chez les louveteaux, il ne s’agit pourtant pas d’une vocation d’enfance, mais d’une passion née un peu par hasard. Sa thèse portant sur la dynamique des galaxies spirales, il développe avec des collègues des observatoires de Genève et de Marseille un nouveau type de spectrographe, un instrument capable de mesurer la vitesse des étoiles, afin de vérifier ses prédictions. C’est le début de son intérêt pour l’étude du mouvement des étoiles, la cinématique stellaire.

Michel Mayor est membre d’honneur d’Alumni UNIGE.

PARCOURS

Le 6 octobre 1995, le Professeur Michel Mayor, professeur à l’Observatoire de la Faculté des sciences de l’Université de Genève (UNIGE) et son doctorant de l’époque, le Professeur Didier Queloz, annoncent à la communauté scientifique internationale la détection de la première planète hors du système solaire, l’exoplanète 51 Pegasi b. Une exoplanète qui gravite autour d’une étoile, 51 Pegasi, trouvée dans la constellation Pégase à 51 années-lumière de la Terre. Cette incroyable annonce ouvre la voie à des milliers de chercheurs et lance ainsi le « siècle des exoplanètes», plus de 4’100 à ce jour. Près de 25 ans après, cette découverte sera finalement récompensée par le prix Nobel de physique 2019.

Un nouveau spectrographe, conçu et réalisé en collaboration avec l’Observatoire de Haute-Provence et Marseille au début des années 1990, permettra enfin d’atteindre la sensibilité requise pour détecter les faibles perturbations gravitationnelles induites par les planètes en orbite autour d’autres étoiles similaires à notre Soleil. C’est grâce à ce spectrographe de nouvelle génération que les Professeurs Mayor et Queloz font leur formidable découverte de 51 Pegasi b.

Professeur d’astrophysique à l’Université de Genève depuis 1984, il occupe le poste de directeur du Département d’astronomie de 1998 à 2004. Depuis 2007, il en est professeur honoraire. Marié depuis 53 ans avec Françoise, le Professeur Michel Mayor est père de trois enfants et grand-père de cinq petits-enfants. Il est membre associé étranger de l’Académie française des sciences, de l’Académie nationale des sciences des Etats-Unis et de l’Académie américaine des arts et des sciences. Il est également membre honoraire de la Société royale d’astronomie du Royaume-Uni et de l’Union européenne des géosciences. En 2017, il est fait Officier de la Légion d’honneur. Neuf universités lui ont décerné des doctorats honoris causa. Un astéroïde porte le nom Michelmayor.

Ses recherches ont été récompensées par de nombreux prix scientifiques majeurs, en particulier les prix Balzan (2000) et Shaw (2005), la médaille Albert-Einstein (2004), Ambartsumian (2010), Frontier of Knowledge (2012), la médaille d’or de Société royale d’astronomie (2015), Kyoto (2015), Wolf (2017). Les autorités genevoises ont aussi décerné en 2011 le prix de la Ville de Genève – section sciences aux trois chasseurs de planètes extrasolaires de l’Observatoire de Sauverny, Michel Mayor, Didier Queloz et Stéphane Udry.

Plus d’informations : https://www.unige.ch/sciences/astro/nobel2019/fr/michel-mayor/bio

Où ?

Dans la salle B106 d’Uni Bastions, 5, rue de Candolle – 1205 Genève – Suisse. Reportez-vous à la carte ci-contre pour plus d’informations.

Quand ?

Le 4 mai 2022 de 19:00 à 20:00. Ouverture des portes à partir de 18:45. Une verrée conclura la soirée qui s’achèvera vers 20:30.

Qui ?

L’événement est ouvert à toustes sous réserve d’inscription et du respect des règles sanitaires en vigueur à l’UNIGE.

Contact

Pour toute question ou demande d’information : alumni@unige.ch

Pour vous inscrire, merci de compléter le formulaire suivant :

Billetterie Weezevent

Ou vous rendre directement sur le Weezevent de l’événement.