vendredi, 25 septembre 2020

Isabelle Graesslé

Je suis née à Strasbourg où j’ai effectué une partie de mes études universitaires (maîtrise de lettres classiques, 1982, doctorat de théologie, 1988), mais j’ai été profondément marquée par mes incursions en d’autres espaces académiques : outre l’Université de Bern où j’ai présenté ma thèse d’habilitation (2004) et le United Theological Seminary de Dayton, OH, où j’ai accompli un master of divinity (1986), mon année à l’Université de Genève (faculté de théologie) en 1980-1981 reste un souvenir exceptionnel.

Une fois mon doctorat en poche, je suis d’ailleurs revenue à Genève en 1987 pour y être pasteure-théologienne, responsable du département de la formation continue de l’Église protestante. J’ai donc animé pendant une quinzaine d’années des séminaires pour grand public, dirigé une revue de vulgarisation théologique et continué ma recherche académique, en tant que chargée de cours à l’Université de 1996 à 2001.

De 2001 à 2004, j’ai exercé le mandat de modératrice de la Compagnie des pasteurs et des diacres, devenant ainsi la première femme à succéder au premier modérateur, Jean Calvin.

Très marquée par l’importance des médias, j’ai longtemps collaboré à des émissions, notamment pour France 2. Enfin, j’ai publié une cinquantaine d’articles et quelques ouvrages soit destiné au grand public, soit dans un cadre académique.

Depuis 2004, j’assume la direction du Musée international de la Réforme de Genève (MIR). Ouvert au printemps 2005, le MIR a reçu en avril 2007 le très prestigieux Prix du Musée du Conseil de l’Europe.