Selon une étude à laquelle ont participé des chercheurs de la Faculté de médecine, 43% des Genevois habitant dans des quartiers où l’obésité est plus fréquente qu’ailleurs résident dans des zones qui sont aussi problématiques du point de vue de la consommation de boissons sucrées. Les résultats de cette étude et leurs enseignements sont discutés en détail dans la dernière livraison du « journal de l’UNIGE ».

Lire la suite sur notre plate-forme.
Pas encore inscrit ? Devenez membre d’Alumni UNIGE.