lundi, 28 septembre 2020

Nathalie Fanac Huguenin-Elie

Octobre 97, j’obtiens ma licence ès Lettres en histoire générale. Financièrement indépendante pendant mes études, je jongle entre les heures de cours et les horaires de travail; mes activités professionnelles (enseignement, stages dans le domaine culturel,…) et privées (radio, associations,…) m’ont permis de constituer un réseau et d’enchaîner rapidement avec un stage de six mois aux Archives de la Ville de Genève à la fin de mes études, suivi d’un engagement de quatre mois comme archiviste auxiliaire à mi-temps.

Parallèlement, j’effectue des mandats privés pour traiter les archives d’un parti et faire de la recherche historique. Entre mai et octobre 98, je réponds à cinq annonces, obtiens trois entretiens dont un à l’Etat; on cherche une adjointe administrative à plein temps pour les Archives cantonales. Le poste ne nécessite pas de diplôme universitaire et  je suis clairement surqualifiée, néanmoins mon profil correspond aux besoins du service en matière de personnel scientifique. Je maintiens ma candidature et suis engagée en octobre 98.

Mon poste sera réévalué six mois plus tard. Au sein de l’équipe scientifique, mes activités se diversifient rapidement. L’apprentissage du métier se fait “sur le tas” avec la possibilité de suivre des cours de formation continue, car Certificat et Master en archivistique n’existent pas encore. La mission des Archives d’Etat est de veiller à la constitution et à la conservation d’archives publiques; c’est dans ce contexte que mon cahier des charges se développe et que mes responsabilités deviennent plus importantes. Actuellement responsable d’une des annexes des Archives cantonales, mon rôle est d’assurer son fonctionnement tant au niveau du personnel qu’au niveau de l’organisation générale. Je travaille à 70%, ce qui me permet de concilier vie de famille et carrière professionnelle.